vendredi 17 octobre 2014

A VOS AGENDAS





Un moment à retenir :

Le 14 décembre, nous fêterons le jubilé sacerdotal de diamant de notre curé :

60 ans de prêtrise au service de tous.

La messe dominicale sera concélébrée par plusieurs prêtres.

Une partie festive est prévue, notamment le concert proposé par la Chapelle des Minimes à 10 heures 30, et nous partagerons ensemble le repas de midi.
Venez nombreux, avec votre pique-nique.
Journée inoubliable en perspective.


Traditionnelle cantate mensuelle offerte par la Chapelle des Minimes




Dimanche 26 octobre 2014 à 10h30
CHAPELLE DES MINIMES

Nicolaus Bruhns (1665-1697)
Die Zeit meines Abschieds ist vorhanden

Friedrich Theodor Fröhlich (1803-1836)
Selig sind die Toten

Knut Nystedt (°1915)
Immortal Bach (Choral „Komm, süβer Tod“)

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
BWV 53 Schlage doch, gewünschte Stunde
BWV 188 Ich habe meine Zuversicht

LECTURES DU DIMANCHE à 11 heures 30



29ème DIMANCHE ORDINAIRE




Du livre d’Isaïe   25, 6-9
Le Seigneur, le tout-puissant, va donner sur cette montagne un festin pour tous les peuples, un festin de viandes grasses et de vins vieux, de viandes grasses succulentes et de vins vieux décantés.
Il fera disparaître sur cette montagne le voile tendu sur tous les peuples, l’enduit plaqué sur toutes les nations.
Il fera disparaître la mort pour toujours. Le Seigneur Dieu essuiera les larmes sur tous les visages et dans tout le pays il enlèvera la honte de son peuple. Il l’a dit, lui, le Seigneur.
On dira ce jour-là: c’est lui notre Dieu. Nous avons espéré en lui, et il nous délivre. C’est le Seigneur en qui nous avons espéré. Exultons, jubilons, puisqu’il nous sauve.

De la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens   11, 17-30
Je n’ai pas à vous féliciter: vos réunions, loin de vous faire progresser, vous font du mal. Tout d’abord, lorsque vous vous réunissez en assemblée, il y a parmi vous des divisions, me dit-on, et je crois que c’est en partie vrai: il faut même qu’il y ait des scissions parmi vous afin qu’on voie ceux d’entre vous qui résistent à cette épreuve. Mais quand vous vous réunissez en commun, ce n’est pas le repas du Seigneur que vous prenez. Car, au moment de manger, chacun se hâte de prendre son propre repas, en sorte que l’un a faim, tandis que l’autre est ivre. N’avez-vous donc pas de maisons pour manger et pour boire? Ou bien méprisez-vous l’Eglise de Dieu et voulez-vous faire affront à ceux qui n’ont rien? Faut-il vous louer? Non, sur ce point, je ne vous loue pas.
En effet, voici ce que moi j’ai reçu du Seigneur, et ce que je vous ai transmis: le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, et après avoir rendu grâce, il le rompit et dit: «Ceci est mon corps, qui est pour vous, faites cela en mémoire de moi.» Il fit de même pour la coupe, après le repas, en disant: «Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites cela toutes les fois que vous en boirez, en mémoire de moi.» Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. C’est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, se rendra coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun s’éprouve soi-même avant de manger ce pain et de boire cette coupe; car celui qui mange et boit sans discerner le corps mange et boit sa propre condamnation. Voilà pourquoi il y a parmi vous tant de malades et d’infirmes et qu’un certain nombre sont morts.


EVANGILE DE JESUS-CHRIST SELON SAINT MATTHIEU   22, 15-21

Les pharisiens se concertèrent pour voir comment prendre en faute Jésus en le faisant parler. Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d'Hérode: «Maître, lui disent-ils, nous le savons: tu es toujours vrai et tu enseignes le vrai chemin de Dieu; tu ne te laisses influencer par personne, car tu ne fais pas de différence entre les gens. Donne-nous ton avis: Est-il permis, oui ou non, de payer l'impôt à l'empereur?»
Mais Jésus, connaissant leur perversité, riposta: «Hypocrites, pourquoi voulez-vous me mettre à l'épreuve? Montrez-moi la monnaie de l’impôt». Ils lui présentèrent une pièce d'argent. Il leur dit: «Cette effigie et cette légende, de qui sont-elles? – «De l'empereur César» répondirent-ils. Alors il leur dit: «Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu».

L U P O U R V O U S


Evangéliser le couple; Première semaine du Synode: les impressions de Monseigneur Léonard et celles de Monseigneur Danneels; Le synode "renverse la table" et la parole se libère; La fin du "tout ou rien"de la pastorale familiale;

L'immigration illégale dans le collimateur de l'Europe; Action Toussaint: c'est reparti; 71 évêques dénoncent l'exploitation abusive de ressources naturelles; Sainte Thérèse d'Avila: l'amie de Dieu; Hilde Kieboom à Wavre: une vie d'amitié avec les pauvres; L'accord du nouveau Gouvernement fédéral inquiète Amnesty et la Ligue des Droits de l'Homme; Journée mondiale de l'alimentation: privilégier les agricultures familiales; Prix de la Solidarité au Docteur Denis Mukwege; Trois femmes "puissantes";L'amour selon saint Augustin; Une autre histoire de l'Arche de Noé; Ce dimanche, béatification de Paul VI;

Extraits de Cathobel, La Vie.fr et le Monde des Religions.fr

vendredi 10 octobre 2014

LECTURES DU DIMANCHE A 11 heures 30

28ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE


Du livre d'Isaïe   25, 6-9
L’Éternel des armées fera pour tous les peuples, sur cette montagne, un festin de mets succulents, un festin de vins vieux, de mets succulents, pleins de moelle, de vins vieux clarifiés. Et, sur cette montagne, il anéantit le voile qui voile tous les peuples, la couverture qui couvre toutes les nations; il anéantit la mort pour toujours; le Seigneur, l’Éternel, essuie les larmes de tous les visages, il fait disparaître de toute la terre le déshonneur de son peuple: car l’Éternel a parlé.
En ce jour, on dira: voici notre Dieu, c'est en lui que nous avons espéré et c'est lui qui nous a sauvés; c'est l’Éternel en qui nous avons espéré; soyons dans l'allégresse, et réjouissons-nous de son salut!

De la lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens   4, 12...20
J'ai éprouvé une grande joie dans le Seigneur à voir refleurir votre intérêt pour moi. Cet intérêt, vous l'aviez bien, mais l'occasion vous manquait. Je ne dis pas cela en raison de mes besoins, car j'ai appris à me contenter de l'état où je me trouve. Je sais vivre dans l'humiliation, et je sais vivre dans l'abondance. En tout et partout, j'ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l'abondance et à être dans la disette. Je puis tout par Celui qui me fortifie. Cependant, vous avez bien fait de prendre part à ma tribulation.
[Vous le savez vous-mêmes, Philippiens, au commencement de la prédication de l’Évangile, quand j'ai quitté la Macédoine, aucune Eglise, si ce n'est la vôtre, n'entra en compte avec moi pour ce qu'elle donnait et recevait: vous avez été les seuls à le faire, car à Thessalonique déjà, et à deux reprises, vous m'avez envoyé de quoi pourvoir à mes besoins. Ce n'est pas que je recherche le don; ce que je recherche, c'est le fruit abondant porté à votre compte. J'ai tout reçu et je suis dans l'abondance; je suis comblé, ayant reçu par Epaphrodite ce qui vient de vous, comme un parfum de bonne odeur, un sacrifice agréable que Dieu accepte et qui lui est agréable.] Mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus Christ. A Dieu notre Père, la gloire aux siècles des siècles. Amen!
Saluez tous les saints en Christ Jésus. Les frères qui sont avec moi vous saluent. Tous les saints vous saluent, principalement ceux de la maison de César. Que la grâce du Seigneur Jésus Christ soit avec votre esprit!

ÉVANGILE DE JÉSUS CHRIST SELON SAINT MATTHIEU   22, 1-14


Jésus disait en paraboles: «Le Royaume des cieux est comparable à un roi qui célébrait les noces de son fils. Il envoya ses serviteurs pour appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir. Il envoya encore d'autres serviteurs dire aux invités: ‘Voilà: mon repas est prêt, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés; tout est prêt: venez au repas de noce.’ Mais ils n'en tinrent aucun compte et s'en allèrent, l'un à son champ, l'autre à son commerce; les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et brûla leur ville.
Alors il dit à ses serviteurs: ‘Le repas de noce est prêt, mais les invités n'en étaient pas dignes. Allez donc aux croisées des chemins: tous ceux que vous rencontrerez, invitez-les au repas de noce.’ Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu'ils rencontrèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives.
Le roi entra pour voir les convives. Il vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce, et lui dit  ‘Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce?’ L'autre garda le silence. Alors le roi dit aux serviteurs: ‘Jetez-le, pieds et poings liés, dehors dans les ténèbres; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.’ Certes la multitude des hommes est appelée, mais les élus sont peu nombreux»

85 ANS ET TOUTE SON ENERGIE

Ce 8 octobre l'abbé Jacques Van der Biest, notre Curé, a fêté ses 85 ans.
En guise de cadeau et dans l'esprit de son combat depuis toujours, une conférence de presse a été organisée pour (re)sensibiliser les autorités à l'urgence de trouver un logement pour tous. Y compris pour ceux qui sont totalement démunis comme la famille qui est actuellement hébergée dans l'église.
Voici le lien pointant vers le journal télévisé de Télé-Bruxelles.



Synode sur la Famille

Toutes les infos à suivre sur le Synode qui s'est ouvert ce dimanche